20 mai 2009

Présents intemporels, par Marcellus

Pas sur la bouche, de Alain Resnais (2003)

zzerzAdapté d'une opérette de 1925, ce film retrace quelques riches anecdotes sur la famille Valandray et son entourage. Situant l'action dans un Paris prospère et ambitieux, Alain Resnais renoue avec la comédie musicale (on se souvient avec déléctation d' On connaît la chanson) en faisant cette fois chanter eux mêmes les acteurs.

Les habitués de Resnais sont présents: Pierre Arditi (un riche mettalurgiste), Sabine Azéma (Gilberte, sa femme occupée à jouer avec ses courtisans), Lambert Wilson (homme d'affaires américain), Daniel Prévost (courtisan N°1), Darry Cowl (Mme Foin, concierge); et de nouveaux habitués les accompagnent: Jalil Lespert (courtisan N°2), Audrey Tautou (courtisanne du courtisan N°2) et Isabelle Nanty (soeur de Gilberte).

Depuis toujours, Gilberte ment à son mari sur sa prétendu virginité matrimoniale le jour de leur mariage. En effet, elle a été mariée aux Etats-Unis pendant six mois à un homme d'affaires (Lambert Wilson), lequel, un beau matin s'invite dans le foyer parisien avec pour alibi, un astucieux contrat d'association très attractif destiné au mari actuel (Pierre Arditi).

Espoirs de reconquête, désespoirs de conquêtes, le scénario est bref. Resnais l'étoffe, le pigmente, le précise, le magnifie tel un maître hors du temps. La photographie est époustouflante, les décors, les costumes, la mise en scène réalisés au millimètre. Jeux de scènes théatraux succulents (marivaudages, apartés,...)

Resnais offre en outre au spectateur une peinture des moeurs de l'époque (on remarque la modernité du scénario).

Manifestement intemporel.

Bref commentaire sur ce film ce jour, en raison du passage à Cannes  du dernier long-métrage d'Alain Resnais en séléction officielle: Les Herbes Folles (avec André Dussolier, Sabine Azéma, Mathieu Amalric, Emmanuelle Devos, bref, de la haute-couture) qui sortira en septembre 2009 (que j'aimerais tant voir dés à présent !!!).

Marcellus


Commentaires sur Présents intemporels, par Marcellus

Nouveau commentaire