18 septembre 2009

Jeux encadrés, par Marcellus

Rien de personnel, de Mathias Gokalp (2009)

RIEN_20DE_20PERSONNELDans un château du Centre de la France, les laboratoires Muller organisent un séminaire de formation pour leurs cadres. Ceux-ci doivent mettre en scène leur talent face à un coach. Certains appréhendent ces épreuves comme Mélanie Doutey (au visage si bien taillé), ou sont anéantis (Jean-Pierre Daroussin, qui nous met en orbite dés sa première apparition), d'autres semblent plus à l'aise dans cet espace de compétition.

Enfin, ceci est la première impression après le premier acte du film qui en compte trois. Tryptique qui se recoupe puisque nous sommes amenés à regarder les mêmes scènes avec un tempo et un oeil différents. Nos premières sensations s'écroulent et ça fait un bien fou.

Délégué du personnel, Denis Podalydès se voit offrir un poste avantageux en l'échange d'un abandon de ses fonctions syndicales ouvrant la voie à la suppression de 30 postes de cadres. M. Muller (Pascal Grégory, immense) excelle dans un comportement qui sait allier séduction et méprisabilité.

Merveilleuse surprise, ce film résiste avec force à la mièvrerie que le sombre climat social encourage trop souvent, et impose par là-même la vision d'une réalité dont chacun est dépositaire.

La distribution est un feu d'artifice; Denis Podalydès, Jean-Pierre Daroussin et Pascal Grégory nous mènent au sommet, Zabou Breitman, Bouli Lanners et Mélanie Doutey en rôles secondaires complètent le tableau avec talent.

Marcellus


Commentaires sur Jeux encadrés, par Marcellus

Nouveau commentaire