29 octobre 2009

Afin de ne pas soumettre le lecteur au syndrome de l'insomnie structurelle, il m'a semblé utile de lui faire vérifier la forme vivante de l'un de ses serviteurs. Celui-ci aura la joie prochaine de faire partager aux pertinentes âmes son goût pour Milos Forman, Alain Resnais ou encore de Mickael Haeneke (s'il réussit à voir ce dernier). Ainsi, vous constaterez que la volonté reste intacte. Bien à vous.
Posté par Marcellus_Wall à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2009

Conséquences d'un pli postal, par Marcellus

Mary and Max, d'Adam Elliot (2009) Des yeux de Mary s'échappent une infinie beauté intérieure. Chez Max, la beauté a fui à tout jamais. C'est l'histoire de deux individus tristes, surpris par le vice humain, apprentis non avertis de la vie sociale, martyrs du désespoir. Elle a une dizaine d'années, habite une ville australienne où le marron (sa couleur préférée) s'est emparé du décor tout entier et impose à la population la fadeur d'une nostalgie éternelle. Son physique ne plaît pas; enrobée, joues élargies et tâche marron... [Lire la suite]
Posté par Marcellus_Wall à 13:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 septembre 2009

a votre avis?

bon je dois d'en parler, c'est un sujet grave... et oui on nous manipule sans cesse!!! loin des délires paranoïaques, on vit dans une socièté de l'image constament truquée, pour nous tromper sur le produit j'en veux pour preuve l'affiche du film "unborn"!!!! non mais je rêve!!! il nous prenne pour qui??? bon certe, odette yustman a un corps plus que ravissant mais de la a lui amincir son arrière train à la limite de l'anoréxie !!! faut pas pousser mémé dans les orties.... vous remarquerez au passage le boulot de... [Lire la suite]
Posté par kektavu à 10:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2009

Jeux encadrés, par Marcellus

Rien de personnel, de Mathias Gokalp (2009) Dans un château du Centre de la France, les laboratoires Muller organisent un séminaire de formation pour leurs cadres. Ceux-ci doivent mettre en scène leur talent face à un coach. Certains appréhendent ces épreuves comme Mélanie Doutey (au visage si bien taillé), ou sont anéantis (Jean-Pierre Daroussin, qui nous met en orbite dés sa première apparition), d'autres semblent plus à l'aise dans cet espace de compétition. Enfin, ceci est la première impression après le premier acte du... [Lire la suite]
16 septembre 2009

Emergeance dans l'immersion, par Marcellus

Un prophète, de Jacques Audiard (2009) Audiard nous invite à l'intérieur du monde de la réinsertion à la française. Visite de deux heures et demies qui peut de prime abord effrayer les âmes en mal d'exotisme colorisé. D'abord, avouons que l'accueil reservé à Cannes pour ce film a pu contraindre certaines de nos angoisses à se réfugier derrière l'enclos de la confiance; ensuite, les précédents films commis par Jacques Audiard avaient déjà renforcé le socle de celle-ci. Dés lors, nous sommes entrés dans la salle avec la... [Lire la suite]
Posté par Marcellus_Wall à 19:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 septembre 2009

haleines fumants pour nomades croustillants

Ed harris signe le réalisation et le scénario de ce western. Ses compétences dans ces domaines ne sont plus à démontrer, il en va dans ce même sens pour ce film.On rode autour d'une histoire de justiciés, de gangsters, de colts,  d'indiens, de  duel....l'histoire n'est certes pas si trépidante que ça mais la  longueur est plutôt bien gérée, les quelques moment clés arrivent après de brefs suspense.De l'autre côté, certaines scènes manquent cruellement de piquant est sont très devinables. Ceci est un fait qui ne semble... [Lire la suite]
Posté par kektavu à 21:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 août 2009

Retour sur une bombe, par Marcellus

Inglorious Basterds, de Quentin Tarantino (2009) Chers amis, l'été se termine, et déjà, nos yeux voilés des Ray-Ban viennent tout juste de recevoir une claque monumentale. Dernière séquence d'Inglorious Basterds, le Colonel Landa (Christopher Walts), le chasseur de juifs se rend compte de l'irréfragabilité du scalp moral qui l'attend. Face caméra, le visage de Christopher Walts (primé pour son interprétation au festival de Cannes) nous apparaît; on y lit la peur qui a exorcisé l'espoir d'une fuite tranquille. Jamais sans... [Lire la suite]
Posté par Marcellus_Wall à 17:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 mai 2009

Présents intemporels, par Marcellus

Pas sur la bouche, de Alain Resnais (2003) Adapté d'une opérette de 1925, ce film retrace quelques riches anecdotes sur la famille Valandray et son entourage. Situant l'action dans un Paris prospère et ambitieux, Alain Resnais renoue avec la comédie musicale (on se souvient avec déléctation d' On connaît la chanson) en faisant cette fois chanter eux mêmes les acteurs. Les habitués de Resnais sont présents: Pierre Arditi (un riche mettalurgiste), Sabine Azéma (Gilberte, sa femme occupée à jouer avec ses courtisans), Lambert... [Lire la suite]
08 mai 2009

Désirs animés, par Marcellus

Ponyo sur la falaise, de Hayao Myazaki (2009) Rendez-vous sur la falaise de Sosuke, petit garçon de 5 ans qui vit avec sa merveilleuse maman, et son papa quand celui-ci quitte son navire. Un matin, au moment de partir à l'école, Sosuke, occupé avec son petit bateau au bas de la falaise, apperçoit un poisson rouge à tête humaine. Il s'efforce de libérer le pauvre animal du récipient où il vient de se coincer et se l'approprie en le baptisant Ponyo. S'en suivent de merveilleuses aventures dans un lieu où le vivant est humanisé pour... [Lire la suite]
Posté par Marcellus_Wall à 13:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 mai 2009

Elucubrations intimistes par kektudi

Devant nous se dresse le tableau d'une famille ordinaire. La famille grandi en cris, en pleurs, en rides, et seules les photos permettent de garder le souvenir intact d'une vie qui défile en deux heures devant nos yeux ébahies. Symbolisme pourtant moribond au première abord, on cherche le scénario et on se demande quel va être l'élément déclencheur de l'histoire, quand on se rend compte... qu'il est trop tard et que le scénario à réellement commencer depuis la première seconde de la première minute.Et puis... on se laisse couler à... [Lire la suite]
Posté par kektavu à 18:31 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :